Rechercher dans ce blog

samedi 8 juillet 2017

Mettons fin au harcèlement des dauphins sauvages !


Bonjour,
Aujourd'hui, en France, des opérateurs vendent des sessions de nage avec les cétacés, plus particulièrement les dauphins sauvages, dans leur milieu naturel. Au préalable traqués par des avions de repérage, ces animaux sauvages se trouvent harcelés par des flots de touristes. Méconnaissant l'animal et le milieu naturel, ces clients tentent de s'approcher, de les caresser ou encore de s'accrocher à eux, ce qui perturbe fortement ces cétacés. Cela les stresse, ils dépensent une énergie folle et peut mettre en danger le cycle de reproduction de l'animal, séparer le groupe, parfois la mère de son petit.
Malgré les perturbations d'une telle nage commerciale, l'activité n'est pas encadrée. France Nature Environnement et le Groupe de Recherche sur les Cétacés (GREC) lancent une pétition afin de demander l'arrêt de cette nage commerciale avec les dauphins. Soutenez notre demande, signez notre pétition et aidez nous à la diffuser.
Pour mieux comprendre les enjeux d'une telle pratique, vous pouvez également lire notre dossier « Pourquoi faut-il interdire la nage commerciale avec les dauphins sauvages ? »
En vous remerciant par avance de votre mobilisation, nous vous souhaitons un bel été
Les équipes de France Nature Environnement

lundi 26 juin 2017

L'été arrive avec les longues promenades sur la plage.

Photo: Itas Arima.

L'occasion de rappeler à tous que si vous êtes témoin d'un échouage de cétacé vivant surtout vous ne devez pas toucher l'animal car il y a des risques de contamination mais aussi car les manipulations stressent énormément l'animal. 
Vous ne devez pas non plus l'arroser car vous risquer de verser de l'eau dans son évent. 
Vous pouvez simplement le recouvrir d'un linge humide en prenant garde de na pas couvrir l'évent. 
Vous devez soit contacter pelagis au 05.46.44.99.10, soit appeler notre équipe au 06.84.41.90.57. 
Si vous n'avez aucun de ces numéros vous pouvez joindre les pompiers qui prendront contact avec nous.




Voici les précautions que notre équipe prend. Vous pouvez nous aider avec ce don. http://itsasarima.com/

lundi 27 mars 2017

Situation préoccupante pour les dauphins communs du golfe de Gascogne

Situation préoccupante pour les dauphins communs du golfe de Gascogne
http://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/actualites-240/actualites/Situation-proccupante-dauphins
Depuis le début de l’année, l’Observatoire PELAGIS et les correspondants du Réseau National Echouages (RNE) ont enregistré le signalement sans précédent de près de 800 dauphins morts échoués sur la côte atlantique.

Dans la lignée du précédent articlece communiqué a pour objectif de faire le point sur ce phénomène particulièrement préoccupant et les causes probables.

Carcasses de dauphins communs évacuées sur la commune de la Tranche sur Mer (85)

Quand ?

Le phénomène a été particulièrement intense au cours des périodes de vent fort de début février (3 au 10 février) et début mars (1er au 10 mars), avec plusieurs dizaines d’échouages par jour (plus de 60 le 5 février).



Nombre de dauphins échoués par jour et enregistrés à l’Observatoire PELAGIS depuis le début de l’année - source RNE



Où ?

Toute la façade atlantique a été touchée, néanmoins les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime enregistrent des records avec près de 490 échouages, soit plus de 60 % des échouages recensés.

Nombre de dauphins échoués et enregistrés à l’Observatoire PELAGIS par département depuis le début de l’année - source RNE

Quoi ?

Dans plus de 90 % des cas il s’agit de dauphins communs dont l’état des carcasses indiquait une mort survenue entre 3 et 20 jours avant leur découverte à la côte.

Pourquoi ?

Les tempêtes ne sont pas responsables de la mort des animaux, elles n’ont eu pour effet que de rendre visible cette mortalité en concentrant les échouages sur une période très courte. Une grande majorité des dauphins portait des traces d’une capture accidentelle dans un engin de pêche.

Ces traces externes sont causées soit directement par les engins de pêches (traces de maillages), soit par la manipulation des animaux lors de leur remontée à bord des navires (fractures, amputations antérieures à l’échouage).

Dauphin commun échoué à Olonne sur Mer (85) avec traces de maillage encerclantes (derrière l’œil)


Dauphin commun échoué à Talmont Saint Hilaire (85) avec fracture d’une mandibule



Dauphin commun échoué sur l’Ile de Ré (17) avec amputation de la queue

L’Observatoire PELAGIS a procédé à des observations complémentaires au cours d’examens approfondis pour lesquels des prélèvements ont été réalisés. Ces investigations ont porté sur 134 animaux et 119 (soit environ 90 %) de ces examens ont confirmé la cause de la mort par capture accidentelle dans un engin de pêche (condition corporelle bonne, absence de lésions pathologiques, mort traumatique, alimentation récente, femelle gestante, etc.). Ces observations et prélèvements sont autant d’informations qui serviront à mieux comprendre les circonstances de leur capture et l’effet de cette mortalité additionnelle sur la population. 

Où sont-ils morts ?

L’utilisation d’un modèle de dérive d’objets en mer (MOTHY, Météo France), prenant en compte les conditions de vents et de marées, a permis de localiser les zones probables de mortalité. Cet exercice de modélisation a été réalisé sur les échouages observés début février alors que l’intensité du phénomène était maximale. Les carcasses ont été séparées en fonction de leur état de décomposition (frais : moins de 5 jours entre la mort et l’échouage ou putréfiés : de 5 à 15 jours entre la mort et l’échouage).



Cartes des échouages et zones de mortalité en mer des dauphins retrouvés frais (A) et putréfiés (B) entre le 3 et le 10 février le long des côtes de Gironde, Charente-Maritime, Vendée et Loire-Atlantique




Cette analyse permet de mettre en évidence deux zones de mortalité distinctes : soit une capture récente dans les engins de pêche près des côtes de Charente-Maritime et de Vendée (carte A environ 30 à 80 km des côtes), soit une capture survenue plusieurs jours avant plus au large à proximité du talus continental (carte B, environ 150 km des côtes).

Ce phénomène est-il exceptionnel ?

Le phénomène actuel correspond à plus de 30 fois le niveau normal d’échouages sur nos côtes. Des échouages de mammifères marins sont observés tout au long de l’année, environ 200 à 500 échouages de dauphins sont enregistrés par an (années hors pic d’échouages).

Néanmoins, ce type d’événement de mortalité extrême n’est pas nouveau. Depuis les années 90, des échouages multiples très supérieurs à la norme saisonnière et concentrés sur une courte période sont apparus. A chaque fois une à plusieurs centaines de petits cétacés sont trouvés échoués en l’espace de 2 à 4 semaines. Avec 800 individus échoués au cours de deux événements distincts, 2017 dépasse le record de 1997 où plus de 700 carcasses avaient été recensés au cours des trois premiers mois de l’année.

Combien sont morts ?

Seule une fraction des animaux morts en mer atteint les côtes et s’échoue. Ainsi 82 % des dauphins morts en mer couleraient et se décomposeraient en mer avant de s’échouer. Sur l’ensemble des dauphins communs échoués ces dernières semaines le long de la côte atlantique on estime que plus de 3 500 dauphins seraient morts en mer depuis le début d’année dans le golfe de Gascogne. Il s’agit d’une estimation préliminaire et basse.

Connaît-on l’origine de ces captures accidentelles ?

Des observations réalisées au début des années 2000 à bord des chalutiers pélagiques pêchant en bœuf (chalut traînés par deux chalutiers) ont confirmé l’existence des captures accidentelles de cétacés, principalement lors de la pêche au bar. D’autres métiers pourraient être concernés tels que les pêcheries industrielles utilisant les chaluts à très grande ouverture verticale, comme le chalut naberan.

Dauphins communs capturés accidentellement dans un chalut pélagique dans le golfe de Gascogne en 2006 (image non diffusée auparavant), cette situation est toujours d’actualité.

La grande variabilité du risque de captures accidentelles pourrait être liée aux circonstances environnementales. En effet, le risque de capture est très élevé lorsque poissons, dauphins et pêcheries se retrouvent concentrés ponctuellement aux mêmes endroits, et par exemple lorsque bars ou thons et dauphins s’alimentent simultanément sur les mêmes proies. Ceci est confirmé par certains pêcheurs, qui indiquent que de nombreux groupes de dauphins ont été observés en ce début d’année sur leur zone de pêche.

La population de dauphins communs du golfe de Gascogne est-elle menacée ?

Aujourd’hui nous avons une meilleure idée des effectifs de dauphins communs qui vivent au large de nos côtes. Néanmoins, des informations manquent toujours pour évaluer réellement l’impact de cette mortalité accidentelle devenue récurrente. Le programme de surveillance mis en place par la France dans le cadre de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) doit permettre d’avancer sur ces questions.

Selon les estimations produites par les campagnes d’observations aériennes, les dauphins communs seraient de l’ordre de 200 000 individus en hiver sur le plateau continental s’étendant de la Manche ouest au sud du golfe de Gascogne. Sur la bases de ces estimations, le taux de mortalité additionnel observé chaque année dans le golfe de Gascogne pourrait ne pas être soutenable à terme pour la population de dauphins communs. Pour ces espèces à faible fécondité, longue durée de vie et ayant une faible capacité à se rétablir, anticiper leur déclin est un enjeu crucial.

Quelles propositions pour réduire ces mortalités accidentelles  ?

Les propositions pour réduire les captures accidentelles doivent s’inscrire dans une philosophie de gestion durable des écosystèmes marins et de leurs ressources. Il est illusoire de fixer un objectif de zéro capture accidentelle mais il est nécessaire de maintenir ces captures à un niveau qui permet au moins le maintien des populations de dauphins. Ces propositions doivent être discutées et élaborées en collaboration avec la profession. Pour réduire les captures accidentelles, il existe de nombreuses pistes notamment technologiques (engins modifiés, répulsifs acoustiques) ou d’adaptation de la stratégie de pêche en s’appuyant sur la connaissance des circonstances environnementales qui augmentent les risques de captures accidentelles. Aujourd’hui aucun programme de limitation de ces captures n’est financé pour progresser sur ces questions.

dimanche 12 mars 2017

Baleines et Dauphins.Histoire naturelle et guide des espèces.

Annalisa BERTA
400 illustrations - 288 pages
ISBN : 9782841388516
Année d'édition : 2016
45.00 €

Les 90 espèces de cétacés reconnues à ce jour comptent parmi les créatures les plus diverses, les plus intelligentes et les plus mystérieuses de la planète. Ces animaux sont de grands migrateurs qui parcourent d'immenses distances et plongent à de grandes profondeurs, si bien que nous ne percevons qu'une infime partie de leur vie. Aujourd'hui, cependant, de nouvelles avancées technologiques permettent de mieux les comprendre et ce livre est le premier à rassembler les résultats les plus novateurs de ces études récentes.

Cet ouvrage se divise en trois parties. La première traite des cétacés : leur origine, les principaux aspects de leur anatomie, leur comportement, leurs traits de vie et leurs modes d'alimentation. La deuxième partie propose des outils pour l'identification des cétacés en s'appuyant sur des critères morphologiques ainsi que sur leurs comportements en surface, et comporte une carte des principaux sites d'observation dans le monde. La troisième partie, la plus importante du livre, présente un guide complet des espèces avec leur description détaillée, et toutes les informations nécessaires à leur identification.

Cet ouvrage magnifiquement illustré est à la fois une présentation des connaissances les plus pointues et les plus récentes sur les cétacés du monde entier et un guide de terrain efficace pour observer ces animaux dans la nature.

L'auteur
Annalisa BERTA
Annalisa Berta, professeur de biologie à l'Université d'État de San Diego (Californie) depuis plus de 30 ans, est spécialisée en anatomie et biologie de l'évolution des mammifères marins. Ancienne Présidente de la Society of Vertebrate Paleontology et co-rédactrice en chef du Journal of Vertebrate Paleontology, Annalisa Berta a écrit et co-écrit de nombreux articles scientifiques et plusieurs livres sur les mammifères marins.

Observer les baleines en France et en Europe.


Baleines, dauphins et marsouins sont très présents dans les eaux européennes et attirent un nombre toujours plus important d'observateurs, pour qui ce guide sera un indispensable compagnon.
Après une introduction générale sur les cétacés, l’ouvrage présente une série de fiches pour en savoir plus sur chaque espèce : baleine bleue, dauphin commun, globicéphale noir, cachalot entre autres. Les éléments permettant l’identification dans l’eau sont illustrés et des informations sur le mode de vie et les attitudes sont données afin d’aider l'observateur à reconnaître aisément chaque espèce.
La seconde partie du livre est consacrée aux lieux où l'on peut observer les baleines en Europe. Du Groenland aux îles Canaries, de l'Islande aux Açores en passant par la Norvège et la Croatie, les meilleurs sites pour voir les baleines et les dauphins de 24 pays sont indiqués, les ports et réserves marines à privilégier, ainsi que les espèces les plus couramment observées en ces lieux. 
Un zoom spécifique est réalisé sur la France, détaillant les richesses des eaux atlantiques et méditerranéennes.
L’auteur: Mark Carwardineauteur à succès de livres sur la nature, est un naturaliste, photographe. 
Il présente des émissions de radio et de télévision au Royaume-Uni, et étudie les cétacés depuis plus de 30 ans.

samedi 25 février 2017

Pensez à réserver votre séjour, pour observer les cétacés au large de Bilbao.

--------------
Mes observations: dauphin commun, dauphin bleu-blanc, grand dauphin, globicéphale noir, rorqual commun, ziphius de Cuvier. soit 6 espèces.

Leurs observations en plus des miennes: cachalot, orque, dauphin de Risso, baleine bleue, mésoplodon de Sowerby. soit 11 espèces.

lundi 26 décembre 2016

Pour les animations en mer au large de Bilbao.

Le Père Noël a offert 3 cétacés pour les animations en mer au large de Bilbao pour le bateau "Circé" de Karraspio.com. 
Ceci pour expliquer la différence entre les cétacés à dents et à fanons. 

lundi 12 décembre 2016

Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoqué.

Plusieurs cas d'échouages de dauphins communs ont été constatés, ce week-end, le long de la façade atlantique. Un phénomène suffisamment rare pour interpeller les spécialistes, et dont l'origine pourrait être un séisme sous-marin.

Samedi, en début d'après-midi, la présence d'un dauphin dans le port du Conquet a été signalée par des passants. L'animal, qui s'était en outre empêtré dans des cordages, n'a dû son salut qu'à l'intervention du personnel du parc marin, qui l'a aidé à regagner le large. Deux heures plus tard, c'est en rade de Brest, à hauteur de l'île du Renard, près du port de Roscanvel, que trois jeunes dauphins se sont à leur tour échoués. En lien avec Océanopolis, les pompiers de la presqu'île de Crozon, embarqués dans des bateaux pneumatiques, ont aidé les cétacés, qui n'étaient pas blessés, à retrouver le chemin du large, mais non sans quelques difficultés. Visiblement très désorientés, ils avaient, en effet, tendance à revenir vers le bord plutôt qu'à s'en éloigner.

Un autre cas au Pays Basque


Plus généralement, ce ne sont pas moins de cinq cas de dauphins en difficulté qui ont été rapportés, samedi, à l'observatoire Pelagis, qui gère le réseau national d'échouages des mammifères marins. Des cas recensés en Bretagne, donc, mais aussi au Pays Basque, à Hendaye. « C'est assez rare de voir des dauphins vivants s'échouer en différents endroits au cours de la même journée », explique Christine Dumas, chef d'équipe mammifères marins d'Océanopolis. Selon cette dernière, ces échouages « sont souvent liés à un grand stress, qui peut être provoqué par un bruit sourd et profond ».
Si l'hypothèse d'un sous-marin croisant à proximité des animaux n'est pas à écarter, elle ne s'avère pas satisfaisante dans ce cas précis, les animaux étant venus à la côte dans des endroits trop éloignés les uns des autres. Un séisme sous-marin (rien à voir, donc, avec les deux séismes enregistrés à la pointe bretonne jeudi et vendredi soir), qui serait survenu au large de La Rochelle ces derniers jours, pourrait, en revanche, expliquer le phénomène constaté ce week-end. Contacté hier, le Pelagis n'était toutefois pas encore en mesure de confirmer l'information.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/dauphins-echoues-un-seisme-sous-marin-evoque-12-12-2016-11327282.php#Q2wWB8l2Ih9Miuc8.99

jeudi 15 septembre 2016

Guide des cétacés du golfe de gascogne. Liens pour les photos

Liens pour les photos et images présentes sur le guide.

http://candy199.skyrock.com/2559448493-Le-Petit-Cachalot-ou-Cachalot-Pygmee.html

Guide des cétacés du golfe de Gascogne. Bibliographie.

Bibliographie.  

M. Carwardine & M. Camm., Baleines, Dauphins et Marsouin. Hachette jeunesse Paris. 1993.
M. Carwardine., Observer les baleines et autres cétacés en France et en Europe. Delachaux & Niestlé SA, Paris 2017.

G. Cressewell & D. Walker., Whales & Dolphins of the European Atlantic. The bay of Biscay the English Channel. Ocean guides 2001 et nouvelle édition 2008.

R. Duguy., Les cétacés des côtes de France 1983. Anales de la société des Sciences Narurelles de la Charente-Maritime. Supplément mars 1983.

H. Roques., Dictionnaire de l’île de Ré. Editions Sud-Ouest. Bordeaux 2004.

T. Ruys., L. Soulier., (coords) 2013. Atlas des Mammifères sauvages d’Aquitaine – Tome 3 – Les mammifères marins. Cistude Nature & LPO Aquitaine. Edition C. Nature, 144p.

H. Shirihai & B. Jarret., Guide des mammifères marins du monde. Delachaux & Niestlé SA, Paris, 2007.

Guide des cétacés du golfe de Gascogne. Cachalot nain et pygmée.

Cachalot nain.
Kogia simus ou sima
Sédentaire rare. Maxi 2,75m
Reproduction peu connue
Très farouche
Pas d'observation connue au large de Bilbao.
-------------

Cachalot pygmée.
Kogia breviceps
Sédentaire rare. Maxi 3,70m
Reproduction: 1 jeune entre Mars et Août, gestation de 9 à 11 mois.
Très farouche
Pas d'observation connue au large de Bilbao. 
-------------

Cachalot nain.

Anglais : Dwart Sperm Whale
Espagnol : Cachalot enano

A été observé à partir de Pride of Bilbao à deux reprises en Octobre et Novembre.
Aucun échouage connu.
--------------------------------------------------------------------------------------------

Cachalot pygmée.

Anglais : Pygmy Sperm Whale.
Espagnol : Cachalot Pygmeo.

Identifié pour la première fois en France le 27/12/1905 à Roscoff suite à un échouage.
6 échouages sur la côte Atlantique : 1 en Loire Atlantique, 4 en Charente-Maritime, 1 en Gironde.
A été observé à partir du Pride of Bilbao, en Janvier, Mars, Juillet, Octobre et Décembre, ce qui tenterait de croire à un animal sédentaire.

Sa détection est très difficile, il faut une mer très calme.

Carte des observations du Cachalot pygmée.

Guide des cétacés du golfe de Gascogne. Pseudorque.

Pseudorque
Pseudorca crassidens
Synonyme : Faux orque.
Migrateur très rare. Maxi 4,50m
Comportement: Approche les bateaux et nage près de leur étrave.
Régime alimentaire: Calmars, poissons, mais aussi des jeunes cétacés.
Reproduction: Assez peu connu, certes 1 jeune, gestation pas vraiment connue.  

Tel qu’on pourrait les observer face au littoral de la Biscaye.


Anglais : False Killer-Whale.
Espagnol : Orca falsa.

Ce cétacé a été observé depuis le ferry, Pride of Bilbao, son aileron est très haut, son corps noir n’a jamais de rayure, la seul confusion possible serait avec un jeune dauphin de Risso. Il est rapide et énergique sur l’eau, aime bien nager au devant des bateaux.
Les deux échouages dans l'étude Roger Duguy concerne la méditerranée et aucun en Atlantique. 

Carte de répartition du pseudorque ou faux orque.

mercredi 14 septembre 2016

Les monstres marins : la vie dans les conditions extrêmes.

Les monstres marins : la vie dans les conditions extrêmesConférence au Café sciences

Café science animé par Jean-Philippe Colin, professeur agrégé de Biologie à l'UPPA. Dans le cadre du programme du réseau des médiathèques sur le thème de l'océan.
Vendredi 16 septembre 2016, 12h30
place Marguerite Laborde, 64000 Pau
Tout public. 

Guide des cétacés du golfe de Gascogne. Le golfe de Gascogne.

Le golfe de Gascogne.

Le golfe de Gascogne est délimité par une ligne droite entre la pointe de Penmarc’h en Bretagne et le Cap Ortégal en Galice.

La partie nord est principalement composée par le plateau continental -200m, alors que la partie sud est dominée par la fosse abyssale -4000m.
Il est traversé dans son travers d’une ligne nord-ouest, sud-est, qui est le talus continental, ou (dit) le tombant, il plonge de -200m à -3000m.

C’est ce tombant qui est à l’origine  de la grande diversité des cétacés présents dans le golfe de Gascogne. entre 24 et 26 espèces, donc une petite quinzaine assez facilement visible. 
Ce même tombant se termine pour la fosse de Capbreton, ou se concentre une grande quantité de nutriment.

Le gouf, (Un terme landais et local pour désigner un gouffre) est parallèle à la côte, il se prolonge jusqu’à Santander. C’est en face Cabo de Ajo que les fonds de -1000m sont le plus proche du littoral. C’est aussi de ce cap, qu’il a été observé avec des longues-vues, 11 espèces de cétacés depuis la côte. 

La ligne du ferry Bilbao - Portsmouth, nous offrait la possibilité de traverser à la fois la fosse abyssale et le plateau continental, deux zones d’observation très variées et riches d’enseignement pour des passionnés. 
Pendant 15 ans le ferry a permis à des autodidactes qui n'avaient pas accès aux bateaux scientifiques, d'avoir une connaissance du vivant sur la diversité des cétacés.

Ne pouvant plus la traverser et l’étudier et n’ayant aucune autre possibilité d’étude, les passionnés de l’observation se sont concentrés sur une autre partie du golfe de Gascogne qui leur semblait riche en terme de diversité.

Nous devons cela à l’association AMBAR, qui après avoir trouvé un bateau basé au port de Berméo a réussi à organiser des sorties de 4h en mer, en étudiant les fonds marins.  
Les résultats ont été tels, qu’il y a eu une demande des passionnés pour une journée complète en mer, alors des prestataires, propriétaires de bateau nous ont amenés au large sur des fonds entre -1000 et -3000m pour satisfaire notre quête d’observation.

Tout le monde y trouve son compte, puisque AMBAR fait son suivi scientifique grâce au bateau « Circe » de Karraspio.es, qui lui embarque des passionnés.  

En France, il en est de même avec Itsas Arima, les biologistes embarquent des passionnés pour couvrir les frais de leurs sorties en mer. Dommage que les bateaux scientifiques ne fassent pas de mêmes.

Pour l'instant cela reste des sorties très conviviales sur des bateaux de plaisance de 10 personnes maxi, même moins. Seul un bateau pratique le Whale-Watching de masse avec 65 personnes à bord.